Technologie, mon amour.

C’est lorsque j’ai perdu un morceau de mon téléphone, en sortant de mon examen de techniques culinaires, que je me suis décidée à en changer.
Après 3 ans de bons et loyaux services, tristement, je m’y suis (enfin) résolue.

C’est là que l’affolement a commencé.

Je voulais un smartphone pour mettre ces petites choses appelées applications, qu’on m’avait tant vantées. Évidemment, j’avais déjà un smartphone, mais sa mémoire insuffisante me limitait à l’installation d’une seule de ces petites choses charmantes. (Au début, j’en avais trois, mais chaque mise à jour les rendait plus gourmandes en mémoire, ce qui à fini par limiter a une seule.)
Douce et mignonne, j’ai donc cherché LE smartphone parfait, ne doutant pas un seul instant trouver mon bonheur. Après tout, que demandai-je ? un téléphone, taille normale, des messages, et 1Go de mémoire minimum. Tout ça pour un prix respectable. (parce que bon, j’aime bien manger aussi.)
Parce que moi, c’est mon PC qui est l’amour de ma vie, pas mon téléphone.

Eh bien, figurez-vous que… ça n’existe pas.

Non.
Je vous assure.
Après une étude du marché actuel, je me suis retrouvées devant quatre alternatives :
1) Prendre un bon vieux Nokia première génération qui est INCASSABLE. Sans applications.
2) Ne pas changer de téléphone maintenant. (dommage)
3) Reprendre le même, toujours avec une mémoire ridicule.
4) Prendre un smartphone qui fait 2 fois la taille de votre poche, et 1 main 1/2. (Notons que les hommes sont avantagés : plus grandes mains, plus grandes poches.)

J’ai finalement opté pour une solution mitigée, qui a consisté à prendre le plus petit des géants, chez un fournisseur chinois au rapport qualité/prix imbattable, conseillé par l’ami informaticien.
Évidemment, j’ai sacrifié l’esthétique au profit de l’utilité, ce qui me fend le cœur. (Que voulez-vous, ma pauvre Lucette, c’est le jeu.)
Et un beau matin, j’ai reçu le fameux.

Il faut quand même que je vous avoue quelque chose, à ce stade : la technologie ne m’aime pas.
Quand on installe un logiciel, ou un jeu, voir que j’essaye de rejoindre un serveur… rien ne va jamais.
Mes amis installent le jeu en 3 minutes, et moi en 45, avec leur aide.
Je fais tout ce qu’il faut, mais NON. Il y a toujours un truc. Tout le temps.
J’ai été obligé à cause de ça de me former un peu aux magouilles informatiques de base, ce qui est toujours utile. Mais ça recommence toujours, ce qui rend un peu fou mes amis informaticiens, qui savent d’avance que quand je crie au secours, ça va encore durer 108 ans.
Et c’est pas de ma faute. *Caliméro*
(bisous à eux.)

Sur mon premier téléphone, il n’y avait rien a comprendre.
Je l’avais acheté un peu au pif dans le magasin, il y avait un choix terrifiant, genre 3 modèles. Je l’ai allumé, j’ai mis la carte SIM, et quand je voulais appeler, j’appuyais sur le petit téléphone vert et tout allait très bien.
Sur mon second téléphone, ça se compliquait déjà.
Un peu trop de paramètres inconnus à régler, moi qui l’avait choisi juste pour le fond d’herbes qui grandissait et le son des touches qui ressemblait à un hamster en train de manger.

Je m’en suis sortie en 1h, le temps de manger un MacDo avec quelqu’un qui en savait davantage sur la question. (bisou à toi.)
deux
Pour le dernier…
Vomi smartphone

Il a fallu bien plus. Il a fallu Google.

Google

Rendez- vous dans 2/3 ans pour le prochain ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *